20.4 C
Toulon
dimanche 16 juin 2024

Cancer du sein : Myriam Seurat, présentatrice météo sur France 3, témoigne

Myriam Seurat vient de célébrer ses 50 ans. Connue du grand public, cette journaliste qui présente la météo sur France 3 et qui fait partie de l’équipe de William Leymergie dans Télématin sur France 2, ne craint pas de prendre l’âge, au contraire.

Si elle a accepté d’être ma marraine du programme d’Octobre Rose à Six-Fours, c’est parce qu’elle souhaite témoigner et sensibiliser les femmes aux bienfaits du dépistage préventif. « Ma famille a particulièrement été touchée par cette maladie. J’ai perdu ma tante qui ne se faisait pas dépister, d’un cancer du sein. Aujourd’hui, je suis moi-même ce qu’on appelle une personne à risque. Et chaque année, après mes examens, lorsqu’ils reviennent négatifs, j’ai la sensation d’avoir décroché un premier prix. Je célèbre chaque anniversaire en me disant que vieillir est une chance. Plus jeune, parce qu’on avait un doute, j’ai subi une intervention préventive. Je ne regrette pas. Prendre soin de sa santé, c’est conserver sa vie. Je milite au quotidien pour que les femmes prennent le temps de faire leurs examens. J’ai une amie, gangrenée par la peur qui a repoussé tous les examens jusqu’à ce qu’elle trouve une boule sous son sein. Un cancer dépisté trop tard, c’est un risque de ne pas guérir. Faites, ce qu’il faut. Puissent ces-événements marquer les esprits, pousser les femmes à franchir les portes des cliniques. » 

spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img
spot_img

Cancer du sein : Myriam Seurat, présentatrice météo sur France 3, témoigne

Myriam Seurat vient de célébrer ses 50 ans. Connue du grand public, cette journaliste qui présente la météo sur France 3 et qui fait partie de l’équipe de William Leymergie dans Télématin sur France 2, ne craint pas de prendre l’âge, au contraire.

Si elle a accepté d’être ma marraine du programme d’Octobre Rose à Six-Fours, c’est parce qu’elle souhaite témoigner et sensibiliser les femmes aux bienfaits du dépistage préventif. « Ma famille a particulièrement été touchée par cette maladie. J’ai perdu ma tante qui ne se faisait pas dépister, d’un cancer du sein. Aujourd’hui, je suis moi-même ce qu’on appelle une personne à risque. Et chaque année, après mes examens, lorsqu’ils reviennent négatifs, j’ai la sensation d’avoir décroché un premier prix. Je célèbre chaque anniversaire en me disant que vieillir est une chance. Plus jeune, parce qu’on avait un doute, j’ai subi une intervention préventive. Je ne regrette pas. Prendre soin de sa santé, c’est conserver sa vie. Je milite au quotidien pour que les femmes prennent le temps de faire leurs examens. J’ai une amie, gangrenée par la peur qui a repoussé tous les examens jusqu’à ce qu’elle trouve une boule sous son sein. Un cancer dépisté trop tard, c’est un risque de ne pas guérir. Faites, ce qu’il faut. Puissent ces-événements marquer les esprits, pousser les femmes à franchir les portes des cliniques. » 

spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Cancer du sein : Myriam Seurat, présentatrice météo sur France 3, témoigne

Myriam Seurat vient de célébrer ses 50 ans. Connue du grand public, cette journaliste qui présente la météo sur France 3 et qui fait partie de l’équipe de William Leymergie dans Télématin sur France 2, ne craint pas de prendre l’âge, au contraire.

Si elle a accepté d’être ma marraine du programme d’Octobre Rose à Six-Fours, c’est parce qu’elle souhaite témoigner et sensibiliser les femmes aux bienfaits du dépistage préventif. « Ma famille a particulièrement été touchée par cette maladie. J’ai perdu ma tante qui ne se faisait pas dépister, d’un cancer du sein. Aujourd’hui, je suis moi-même ce qu’on appelle une personne à risque. Et chaque année, après mes examens, lorsqu’ils reviennent négatifs, j’ai la sensation d’avoir décroché un premier prix. Je célèbre chaque anniversaire en me disant que vieillir est une chance. Plus jeune, parce qu’on avait un doute, j’ai subi une intervention préventive. Je ne regrette pas. Prendre soin de sa santé, c’est conserver sa vie. Je milite au quotidien pour que les femmes prennent le temps de faire leurs examens. J’ai une amie, gangrenée par la peur qui a repoussé tous les examens jusqu’à ce qu’elle trouve une boule sous son sein. Un cancer dépisté trop tard, c’est un risque de ne pas guérir. Faites, ce qu’il faut. Puissent ces-événements marquer les esprits, pousser les femmes à franchir les portes des cliniques. » 

spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Vous aimez nos articles ?


Abonnez-vous à notre newsletter !