19.4 C
Toulon
dimanche 16 juin 2024

Des lycéens planchent sur un documentaire

Au lycée Langevin, les adolescents en section cinema ont oeuvré une grande partie de l’année à la création d’un documentaire qui a pour vocation de briser les frontières. Accompagnés de leurs professeurs Jerôme Bordes et Mureille Moreau, ils sont allés à la rencontre des élèves de l’Institut Médico-Educatif, le Bell’Estello au Pradet afin d’immortaliser leur projet : une chorégraphie sur les marches de l’établissement.

De nouvelles amitiés. Entre répétitions, interviews et séance de montage, le temps d’une année, des liens se sont crées et des amitiés sont nés. Pour Marjorie, élève à Langevin, le projet fut révélateur de bien des choses : « Il y a d’abord un préjugé qu’il a fallu briser, ils ne sont en rien différent de nous. Ensuite, il y a eu des moments vraiment émouvants, des instants où on oublie qu’on est en train de filmer et où tout le monde part en éclats de rire. Pour ma part, cette expérience changera à jamais ma manière de voir mon quotidien. Bien souvent, quand on a la santé, on fait une montagne de pas grande chose. Maintenant je sais que je vais relativiser. » 

Les visages derrière les pathologies. Pour Pasquale Zunino, éducatrice spécialisée, les bénéfices sont partagés. « Certains élèves que nous avons, ont réussi à sortir de leur coquille au fil des jours. L’un d’entre eux, Jimmy est même venu en insertion au lycée. L’expérience fut riche pour lui et depuis, il a une toute nouvelle confiance en lui qu’il faut continuer à cultiver. Pour les élèves extérieurs à l’Institut, je crois que cela est important également d’être face à des jeunes qui souffrent d’un handicap parfois psychologique. Ils ne diront jamais plus qu’un tel est bipolaire pour qualifier un collègue ou ne traiterons personne de schizophrène. Maintenant, ils savent la réalité de ces mots et qu’il y a des êtres humains derrière ces souffrances. »

Un projet concret pour le curriculum vitae. Pour les professeurs de la section cinéma, les résultats sont là. Jérôme Bordes raconte : « Ils ont monté le projet de A a Z avec la participation d’Alain Boeuf, un documentaliste professionnel.Ils ont vu le métier de façon concrète et vont aboutir à un projet fini qui va être diffusé au Six N’étoiles. Ils viendront le présenter eux-même devant le public, les amis mais aussi les parents. C’est valorisant pour eux et une belle ligne sur leur curriculum vitae. » Affaire à suivre donc …

Le film sera projeté au Six N’étoiles en juillet prochain en présence des élèves.

spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img
spot_img

Des lycéens planchent sur un documentaire

Au lycée Langevin, les adolescents en section cinema ont oeuvré une grande partie de l’année à la création d’un documentaire qui a pour vocation de briser les frontières. Accompagnés de leurs professeurs Jerôme Bordes et Mureille Moreau, ils sont allés à la rencontre des élèves de l’Institut Médico-Educatif, le Bell’Estello au Pradet afin d’immortaliser leur projet : une chorégraphie sur les marches de l’établissement.

De nouvelles amitiés. Entre répétitions, interviews et séance de montage, le temps d’une année, des liens se sont crées et des amitiés sont nés. Pour Marjorie, élève à Langevin, le projet fut révélateur de bien des choses : « Il y a d’abord un préjugé qu’il a fallu briser, ils ne sont en rien différent de nous. Ensuite, il y a eu des moments vraiment émouvants, des instants où on oublie qu’on est en train de filmer et où tout le monde part en éclats de rire. Pour ma part, cette expérience changera à jamais ma manière de voir mon quotidien. Bien souvent, quand on a la santé, on fait une montagne de pas grande chose. Maintenant je sais que je vais relativiser. » 

Les visages derrière les pathologies. Pour Pasquale Zunino, éducatrice spécialisée, les bénéfices sont partagés. « Certains élèves que nous avons, ont réussi à sortir de leur coquille au fil des jours. L’un d’entre eux, Jimmy est même venu en insertion au lycée. L’expérience fut riche pour lui et depuis, il a une toute nouvelle confiance en lui qu’il faut continuer à cultiver. Pour les élèves extérieurs à l’Institut, je crois que cela est important également d’être face à des jeunes qui souffrent d’un handicap parfois psychologique. Ils ne diront jamais plus qu’un tel est bipolaire pour qualifier un collègue ou ne traiterons personne de schizophrène. Maintenant, ils savent la réalité de ces mots et qu’il y a des êtres humains derrière ces souffrances. »

Un projet concret pour le curriculum vitae. Pour les professeurs de la section cinéma, les résultats sont là. Jérôme Bordes raconte : « Ils ont monté le projet de A a Z avec la participation d’Alain Boeuf, un documentaliste professionnel.Ils ont vu le métier de façon concrète et vont aboutir à un projet fini qui va être diffusé au Six N’étoiles. Ils viendront le présenter eux-même devant le public, les amis mais aussi les parents. C’est valorisant pour eux et une belle ligne sur leur curriculum vitae. » Affaire à suivre donc …

Le film sera projeté au Six N’étoiles en juillet prochain en présence des élèves.

spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Des lycéens planchent sur un documentaire

Au lycée Langevin, les adolescents en section cinema ont oeuvré une grande partie de l’année à la création d’un documentaire qui a pour vocation de briser les frontières. Accompagnés de leurs professeurs Jerôme Bordes et Mureille Moreau, ils sont allés à la rencontre des élèves de l’Institut Médico-Educatif, le Bell’Estello au Pradet afin d’immortaliser leur projet : une chorégraphie sur les marches de l’établissement.

De nouvelles amitiés. Entre répétitions, interviews et séance de montage, le temps d’une année, des liens se sont crées et des amitiés sont nés. Pour Marjorie, élève à Langevin, le projet fut révélateur de bien des choses : « Il y a d’abord un préjugé qu’il a fallu briser, ils ne sont en rien différent de nous. Ensuite, il y a eu des moments vraiment émouvants, des instants où on oublie qu’on est en train de filmer et où tout le monde part en éclats de rire. Pour ma part, cette expérience changera à jamais ma manière de voir mon quotidien. Bien souvent, quand on a la santé, on fait une montagne de pas grande chose. Maintenant je sais que je vais relativiser. » 

Les visages derrière les pathologies. Pour Pasquale Zunino, éducatrice spécialisée, les bénéfices sont partagés. « Certains élèves que nous avons, ont réussi à sortir de leur coquille au fil des jours. L’un d’entre eux, Jimmy est même venu en insertion au lycée. L’expérience fut riche pour lui et depuis, il a une toute nouvelle confiance en lui qu’il faut continuer à cultiver. Pour les élèves extérieurs à l’Institut, je crois que cela est important également d’être face à des jeunes qui souffrent d’un handicap parfois psychologique. Ils ne diront jamais plus qu’un tel est bipolaire pour qualifier un collègue ou ne traiterons personne de schizophrène. Maintenant, ils savent la réalité de ces mots et qu’il y a des êtres humains derrière ces souffrances. »

Un projet concret pour le curriculum vitae. Pour les professeurs de la section cinéma, les résultats sont là. Jérôme Bordes raconte : « Ils ont monté le projet de A a Z avec la participation d’Alain Boeuf, un documentaliste professionnel.Ils ont vu le métier de façon concrète et vont aboutir à un projet fini qui va être diffusé au Six N’étoiles. Ils viendront le présenter eux-même devant le public, les amis mais aussi les parents. C’est valorisant pour eux et une belle ligne sur leur curriculum vitae. » Affaire à suivre donc …

Le film sera projeté au Six N’étoiles en juillet prochain en présence des élèves.

spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Vous aimez nos articles ?


Abonnez-vous à notre newsletter !