19.4 C
Toulon
dimanche 16 juin 2024

La découverte du patrimoine ancien : un labeur minutieux

Antoine Peretti est le président de l’association Les Amis du Patrimoine de Six-Fours. Ce docteur en Ethno-Histoire qui supervise avec le reste des membres quelques recherches sur le patrimoine local a une devise : « En Histoire on ne crie jamais Eurêka et on garde en tête que nous ne sommes assis que sur des montagnes d’hypothèses. Je me souviens de mon enseignant lorsque j’étais étudiant ! Il me disait sans cesse cette citation de Sophocole : « Antoine, les dieux aveuglent ceux qu’il veulent perdre. » Alors la prudence doit être de mise. » 

Au quotidien, donc, les passionnés fouillent dans les archives, collectent des documents, pose de nombreuses questions aux descendants qui peuvent encore fournir des réponses … et parfois, même, le téléphone sonne. « Certains pensent à nous contacter quand ils trouvent des choses qu’ils estiment appartenir au passé. Cela peut être de vieilles correspondances, parfois des objets. Il y a plusieurs règles : si cela vient d’une fouille qui n’est pas déclarée, nous refusons tout net. Le soucis est que l’objet en question est sorti d’un cadre scientifique, donc il ne peut plus être étudié. Si cela provient d’une découverte fortuite, nous allons voir. Et si cela a une valeur pour l’Histoire, nous incitons la personne à faire une déclaration car l’Etat peut décider de poursuivre des fouilles en ces lieux. » 

Une nouvelle Eglise découverte ? 

Dernièrement, justement, dans le quartier Curet-Bas, un homme qui souhaitait jardiner et se séparer d’un mur dans le même temps a trouvé le chapiteau d’une colonne qui devait appartenir à une Eglise de la ville. « Mais laquelle ? On ne sait pas ! Nous avons, au travers de l’Histoire pu répertorier vingt-deux édifices religieux à Six-Fours. Mais la plupart ont disparu. Peut-être y en avait-elle une autre, à l’emplacement du jardin de ce monsieur. Toutes les portes sont ouvertes. » Autre enquête en cours dans l’année : le répertoriage des conques, des puits et des lavoirs de la ville avec la découverte dernière de la Conque Galitzine. Le docteur reprend : « Il y avait un super réseau d’arrivée d’eau dans la ville, les hameaux étaient parfaitement alimentés. Aujourd’hui, avec les constructions et la végétation galopante, tout cela disparait de vue. C’est pourtant très interessant, alors on travaille dessus. Mais on ne fait pas de fouille. On se contente de dresser des listes. » 

Avant une déconstruction.

Prochainement, une vieille bâtisse sera déconstruite en ville : la Villa Armande. Avant qu’elle ne disparaisse, les membres de l’association pourront se rendre sur place pour récupérer des éléments de toitures fabriqués à l’usine de Tuilerie ainsi que la cheminée. À suivre donc …

Pour aller plus loin : https://histoire-six-fours.fr/ Si vous avez quelque chose à confier : contact@histoire-six-fours.fr

spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img
spot_img

La découverte du patrimoine ancien : un labeur minutieux

Antoine Peretti est le président de l’association Les Amis du Patrimoine de Six-Fours. Ce docteur en Ethno-Histoire qui supervise avec le reste des membres quelques recherches sur le patrimoine local a une devise : « En Histoire on ne crie jamais Eurêka et on garde en tête que nous ne sommes assis que sur des montagnes d’hypothèses. Je me souviens de mon enseignant lorsque j’étais étudiant ! Il me disait sans cesse cette citation de Sophocole : « Antoine, les dieux aveuglent ceux qu’il veulent perdre. » Alors la prudence doit être de mise. » 

Au quotidien, donc, les passionnés fouillent dans les archives, collectent des documents, pose de nombreuses questions aux descendants qui peuvent encore fournir des réponses … et parfois, même, le téléphone sonne. « Certains pensent à nous contacter quand ils trouvent des choses qu’ils estiment appartenir au passé. Cela peut être de vieilles correspondances, parfois des objets. Il y a plusieurs règles : si cela vient d’une fouille qui n’est pas déclarée, nous refusons tout net. Le soucis est que l’objet en question est sorti d’un cadre scientifique, donc il ne peut plus être étudié. Si cela provient d’une découverte fortuite, nous allons voir. Et si cela a une valeur pour l’Histoire, nous incitons la personne à faire une déclaration car l’Etat peut décider de poursuivre des fouilles en ces lieux. » 

Une nouvelle Eglise découverte ? 

Dernièrement, justement, dans le quartier Curet-Bas, un homme qui souhaitait jardiner et se séparer d’un mur dans le même temps a trouvé le chapiteau d’une colonne qui devait appartenir à une Eglise de la ville. « Mais laquelle ? On ne sait pas ! Nous avons, au travers de l’Histoire pu répertorier vingt-deux édifices religieux à Six-Fours. Mais la plupart ont disparu. Peut-être y en avait-elle une autre, à l’emplacement du jardin de ce monsieur. Toutes les portes sont ouvertes. » Autre enquête en cours dans l’année : le répertoriage des conques, des puits et des lavoirs de la ville avec la découverte dernière de la Conque Galitzine. Le docteur reprend : « Il y avait un super réseau d’arrivée d’eau dans la ville, les hameaux étaient parfaitement alimentés. Aujourd’hui, avec les constructions et la végétation galopante, tout cela disparait de vue. C’est pourtant très interessant, alors on travaille dessus. Mais on ne fait pas de fouille. On se contente de dresser des listes. » 

Avant une déconstruction.

Prochainement, une vieille bâtisse sera déconstruite en ville : la Villa Armande. Avant qu’elle ne disparaisse, les membres de l’association pourront se rendre sur place pour récupérer des éléments de toitures fabriqués à l’usine de Tuilerie ainsi que la cheminée. À suivre donc …

Pour aller plus loin : https://histoire-six-fours.fr/ Si vous avez quelque chose à confier : contact@histoire-six-fours.fr

spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

La découverte du patrimoine ancien : un labeur minutieux

Antoine Peretti est le président de l’association Les Amis du Patrimoine de Six-Fours. Ce docteur en Ethno-Histoire qui supervise avec le reste des membres quelques recherches sur le patrimoine local a une devise : « En Histoire on ne crie jamais Eurêka et on garde en tête que nous ne sommes assis que sur des montagnes d’hypothèses. Je me souviens de mon enseignant lorsque j’étais étudiant ! Il me disait sans cesse cette citation de Sophocole : « Antoine, les dieux aveuglent ceux qu’il veulent perdre. » Alors la prudence doit être de mise. » 

Au quotidien, donc, les passionnés fouillent dans les archives, collectent des documents, pose de nombreuses questions aux descendants qui peuvent encore fournir des réponses … et parfois, même, le téléphone sonne. « Certains pensent à nous contacter quand ils trouvent des choses qu’ils estiment appartenir au passé. Cela peut être de vieilles correspondances, parfois des objets. Il y a plusieurs règles : si cela vient d’une fouille qui n’est pas déclarée, nous refusons tout net. Le soucis est que l’objet en question est sorti d’un cadre scientifique, donc il ne peut plus être étudié. Si cela provient d’une découverte fortuite, nous allons voir. Et si cela a une valeur pour l’Histoire, nous incitons la personne à faire une déclaration car l’Etat peut décider de poursuivre des fouilles en ces lieux. » 

Une nouvelle Eglise découverte ? 

Dernièrement, justement, dans le quartier Curet-Bas, un homme qui souhaitait jardiner et se séparer d’un mur dans le même temps a trouvé le chapiteau d’une colonne qui devait appartenir à une Eglise de la ville. « Mais laquelle ? On ne sait pas ! Nous avons, au travers de l’Histoire pu répertorier vingt-deux édifices religieux à Six-Fours. Mais la plupart ont disparu. Peut-être y en avait-elle une autre, à l’emplacement du jardin de ce monsieur. Toutes les portes sont ouvertes. » Autre enquête en cours dans l’année : le répertoriage des conques, des puits et des lavoirs de la ville avec la découverte dernière de la Conque Galitzine. Le docteur reprend : « Il y avait un super réseau d’arrivée d’eau dans la ville, les hameaux étaient parfaitement alimentés. Aujourd’hui, avec les constructions et la végétation galopante, tout cela disparait de vue. C’est pourtant très interessant, alors on travaille dessus. Mais on ne fait pas de fouille. On se contente de dresser des listes. » 

Avant une déconstruction.

Prochainement, une vieille bâtisse sera déconstruite en ville : la Villa Armande. Avant qu’elle ne disparaisse, les membres de l’association pourront se rendre sur place pour récupérer des éléments de toitures fabriqués à l’usine de Tuilerie ainsi que la cheminée. À suivre donc …

Pour aller plus loin : https://histoire-six-fours.fr/ Si vous avez quelque chose à confier : contact@histoire-six-fours.fr

spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Vous aimez nos articles ?


Abonnez-vous à notre newsletter !