23.6 C
Toulon
samedi 20 juillet 2024

Les lycéens investissent le Six N’étoiles

Ce vendredi soir, la plus grande salle du Six N’étoiles affichait complète. Les élèves du lycée de Langevin y était venus en nombre, accompagnés de leurs amis et famille pour y découvrir sur grand écran le labeur de toute une année. D’abord, les premières ont dévoilé un documentaire qu’ils ont réalisé eux-même, avec l’aide de leurs professeurs Jerôme Bordes et Murielle Moreau, à l’Institut Médico-Educatif, le Bell’Estello où ils ont rencontré des adolescents comme eux, mais porteurs de handicap.

Une expérience humaine derrière le projet scolaire.

Pour Marjorie, une des participantes du projet, l’expérience fut révélatrice de bien des choses : « Il y a d’abord un préjugé qu’il a fallu briser, ils ne sont en rien différents de nous. Ensuite, il y a eu des moments vraiment émouvants, des instants où on oublie qu’on est en train de filmer et où tout le monde part en éclats de rire. Pour ma part, cette expérience changera à jamais ma manière de voir mon quotidien. Bien souvent, quand on a la santé, on fait une montagne de pas grande chose. » Après la projection du documentaire, la salle a applaudi à tout rompre. La seconde partie de la soirée concernait les terminales.

Une épreuve du Bac sur grand écran. 

Pour leur baccalauréat, ces derniers devaient réaliser un court métrage de manière autonome et libre avec pour seul aide leur professeur : Olivier Aubry. Il raconte : « Les élèves se sont mis par groupe et ont commencé à écrire un petit film dans lequel ils devaient montrer tout ce qu’ils avaient appris dans l’année : que ce soit la technique, le découpage, le scénario (…) Puis ils ont tourné cela ensemble. Je dois admettre qu’ils ont été très consciensieux dans leur labeur restant bien souvent en classe pour finir le montage après la sonnerie des cours. L’exercice est important car ils sont en section cinéma et de ce fait, ils seront interrogés à l’oral de manière individuel sur leur labeur. Cette matière est leur plus gros coefficient. » 

Des petits trésors d’imagination. 

Pendant la soirée donc, 7 courts métrages ont été dévoilés tous aussi différents les uns des autres. L’un prenait la forme d’un reportage au coeur de l’action après un accident de plongée, quand d’autres élèves ont choisi de mêler l’onirique au réel pour faire perdre le fil aux spectateurs qui contemplaient un étrange univers. Un autre dévoilait un adolescent en proie à des visions cauchemardesques quand le dernier essayait avec brio de raconter la difficile métamorphose de l’enfant à l’adulte en passant par l’adolescence, cet âge plein d’incertitudes. Nous souhaitons de belles notes à tous les protagonistes de la soirée.

spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img
spot_img

Les lycéens investissent le Six N’étoiles

Ce vendredi soir, la plus grande salle du Six N’étoiles affichait complète. Les élèves du lycée de Langevin y était venus en nombre, accompagnés de leurs amis et famille pour y découvrir sur grand écran le labeur de toute une année. D’abord, les premières ont dévoilé un documentaire qu’ils ont réalisé eux-même, avec l’aide de leurs professeurs Jerôme Bordes et Murielle Moreau, à l’Institut Médico-Educatif, le Bell’Estello où ils ont rencontré des adolescents comme eux, mais porteurs de handicap.

Une expérience humaine derrière le projet scolaire.

Pour Marjorie, une des participantes du projet, l’expérience fut révélatrice de bien des choses : « Il y a d’abord un préjugé qu’il a fallu briser, ils ne sont en rien différents de nous. Ensuite, il y a eu des moments vraiment émouvants, des instants où on oublie qu’on est en train de filmer et où tout le monde part en éclats de rire. Pour ma part, cette expérience changera à jamais ma manière de voir mon quotidien. Bien souvent, quand on a la santé, on fait une montagne de pas grande chose. » Après la projection du documentaire, la salle a applaudi à tout rompre. La seconde partie de la soirée concernait les terminales.

Une épreuve du Bac sur grand écran. 

Pour leur baccalauréat, ces derniers devaient réaliser un court métrage de manière autonome et libre avec pour seul aide leur professeur : Olivier Aubry. Il raconte : « Les élèves se sont mis par groupe et ont commencé à écrire un petit film dans lequel ils devaient montrer tout ce qu’ils avaient appris dans l’année : que ce soit la technique, le découpage, le scénario (…) Puis ils ont tourné cela ensemble. Je dois admettre qu’ils ont été très consciensieux dans leur labeur restant bien souvent en classe pour finir le montage après la sonnerie des cours. L’exercice est important car ils sont en section cinéma et de ce fait, ils seront interrogés à l’oral de manière individuel sur leur labeur. Cette matière est leur plus gros coefficient. » 

Des petits trésors d’imagination. 

Pendant la soirée donc, 7 courts métrages ont été dévoilés tous aussi différents les uns des autres. L’un prenait la forme d’un reportage au coeur de l’action après un accident de plongée, quand d’autres élèves ont choisi de mêler l’onirique au réel pour faire perdre le fil aux spectateurs qui contemplaient un étrange univers. Un autre dévoilait un adolescent en proie à des visions cauchemardesques quand le dernier essayait avec brio de raconter la difficile métamorphose de l’enfant à l’adulte en passant par l’adolescence, cet âge plein d’incertitudes. Nous souhaitons de belles notes à tous les protagonistes de la soirée.

spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Les lycéens investissent le Six N’étoiles

Ce vendredi soir, la plus grande salle du Six N’étoiles affichait complète. Les élèves du lycée de Langevin y était venus en nombre, accompagnés de leurs amis et famille pour y découvrir sur grand écran le labeur de toute une année. D’abord, les premières ont dévoilé un documentaire qu’ils ont réalisé eux-même, avec l’aide de leurs professeurs Jerôme Bordes et Murielle Moreau, à l’Institut Médico-Educatif, le Bell’Estello où ils ont rencontré des adolescents comme eux, mais porteurs de handicap.

Une expérience humaine derrière le projet scolaire.

Pour Marjorie, une des participantes du projet, l’expérience fut révélatrice de bien des choses : « Il y a d’abord un préjugé qu’il a fallu briser, ils ne sont en rien différents de nous. Ensuite, il y a eu des moments vraiment émouvants, des instants où on oublie qu’on est en train de filmer et où tout le monde part en éclats de rire. Pour ma part, cette expérience changera à jamais ma manière de voir mon quotidien. Bien souvent, quand on a la santé, on fait une montagne de pas grande chose. » Après la projection du documentaire, la salle a applaudi à tout rompre. La seconde partie de la soirée concernait les terminales.

Une épreuve du Bac sur grand écran. 

Pour leur baccalauréat, ces derniers devaient réaliser un court métrage de manière autonome et libre avec pour seul aide leur professeur : Olivier Aubry. Il raconte : « Les élèves se sont mis par groupe et ont commencé à écrire un petit film dans lequel ils devaient montrer tout ce qu’ils avaient appris dans l’année : que ce soit la technique, le découpage, le scénario (…) Puis ils ont tourné cela ensemble. Je dois admettre qu’ils ont été très consciensieux dans leur labeur restant bien souvent en classe pour finir le montage après la sonnerie des cours. L’exercice est important car ils sont en section cinéma et de ce fait, ils seront interrogés à l’oral de manière individuel sur leur labeur. Cette matière est leur plus gros coefficient. » 

Des petits trésors d’imagination. 

Pendant la soirée donc, 7 courts métrages ont été dévoilés tous aussi différents les uns des autres. L’un prenait la forme d’un reportage au coeur de l’action après un accident de plongée, quand d’autres élèves ont choisi de mêler l’onirique au réel pour faire perdre le fil aux spectateurs qui contemplaient un étrange univers. Un autre dévoilait un adolescent en proie à des visions cauchemardesques quand le dernier essayait avec brio de raconter la difficile métamorphose de l’enfant à l’adulte en passant par l’adolescence, cet âge plein d’incertitudes. Nous souhaitons de belles notes à tous les protagonistes de la soirée.

spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Vous aimez nos articles ?


Abonnez-vous à notre newsletter !