29.8 C
Toulon
samedi 20 juillet 2024

Une fête des traditions réussie au jardin des Oliviers

Ouvert samedi matin par Daniel Alsters, maire de la commune de Sanray-sur-mer, en présence des élus, notamment Laetitia Quilici, conseillère départementale, ainsi que les présidents et membres des associations participantes, la fête des traditions a fait le plein ce week-end ! 
Serge Loigne, chargé de mission animation ainsi que les intervenants ont tous souligné l’importance de préserver les traditions, de les transmettre de génération en génération pour que parents et enfants comprennent l’évolution du riche savoir-faire du territoire, et de ne pas les voir disparaitre.
À noter la présence de Bettina et Pierre Martinie, membre de l’association allemande en charge du lien entre notre Ville jumelle Allemande Bad Säckingen et Sanary qui nous a accueilli fin septembre pour les 50 ans du Jumelage.
Un tableau vivant sorti tout droit d’un récit de Marcel Pagnol
Ce samedi et dimanche, au jardin des Oliviers, un véritable voyage dans le temps était proposé. De nombreux ateliers étaient parsemés ici et là pour faire découvrir aux spectateurs les métiers et les us et coutumes d’autrefois. Pendant plusieurs heures, un cheval, entre deux caresses et friandises, a tourné sur une aire de dépiquage pour fouler le blé. Des hommes en costume d’époque, eux, se sont s’affairés à une machine de 1880 pour réaliser le même effort. Nommée « égreneuse, pleurésie ou batteuse », l’engin était efficace selon les bénévoles en représentation, avec un défaut cependant : « il fait tout autant de bruit qu’un vieux diesel ». Plus haut, dans le jardin, il fallait « tenir sa langue » en passant devant une petite scènette qui représentait l’école d’antan. Plus loin encore, il y avait l’atelier de Patricia Laudet, une fileuse de laine de Lama pleine de surprises. Sur sa table, une multitude d’herbes séchées, de bourgeons, de tiges et de macérat. « Pour les maux de gorges, les cernes et les rides, pour une cure diurétique et encore plein d’autres choses, tous les secrets qui guérissent ou qui soulagent se trouvent dans la Garrigue ! » 
spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img
spot_img

Une fête des traditions réussie au jardin des Oliviers

Ouvert samedi matin par Daniel Alsters, maire de la commune de Sanray-sur-mer, en présence des élus, notamment Laetitia Quilici, conseillère départementale, ainsi que les présidents et membres des associations participantes, la fête des traditions a fait le plein ce week-end ! 
Serge Loigne, chargé de mission animation ainsi que les intervenants ont tous souligné l’importance de préserver les traditions, de les transmettre de génération en génération pour que parents et enfants comprennent l’évolution du riche savoir-faire du territoire, et de ne pas les voir disparaitre.
À noter la présence de Bettina et Pierre Martinie, membre de l’association allemande en charge du lien entre notre Ville jumelle Allemande Bad Säckingen et Sanary qui nous a accueilli fin septembre pour les 50 ans du Jumelage.
Un tableau vivant sorti tout droit d’un récit de Marcel Pagnol
Ce samedi et dimanche, au jardin des Oliviers, un véritable voyage dans le temps était proposé. De nombreux ateliers étaient parsemés ici et là pour faire découvrir aux spectateurs les métiers et les us et coutumes d’autrefois. Pendant plusieurs heures, un cheval, entre deux caresses et friandises, a tourné sur une aire de dépiquage pour fouler le blé. Des hommes en costume d’époque, eux, se sont s’affairés à une machine de 1880 pour réaliser le même effort. Nommée « égreneuse, pleurésie ou batteuse », l’engin était efficace selon les bénévoles en représentation, avec un défaut cependant : « il fait tout autant de bruit qu’un vieux diesel ». Plus haut, dans le jardin, il fallait « tenir sa langue » en passant devant une petite scènette qui représentait l’école d’antan. Plus loin encore, il y avait l’atelier de Patricia Laudet, une fileuse de laine de Lama pleine de surprises. Sur sa table, une multitude d’herbes séchées, de bourgeons, de tiges et de macérat. « Pour les maux de gorges, les cernes et les rides, pour une cure diurétique et encore plein d’autres choses, tous les secrets qui guérissent ou qui soulagent se trouvent dans la Garrigue ! » 
spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Une fête des traditions réussie au jardin des Oliviers

Ouvert samedi matin par Daniel Alsters, maire de la commune de Sanray-sur-mer, en présence des élus, notamment Laetitia Quilici, conseillère départementale, ainsi que les présidents et membres des associations participantes, la fête des traditions a fait le plein ce week-end ! 
Serge Loigne, chargé de mission animation ainsi que les intervenants ont tous souligné l’importance de préserver les traditions, de les transmettre de génération en génération pour que parents et enfants comprennent l’évolution du riche savoir-faire du territoire, et de ne pas les voir disparaitre.
À noter la présence de Bettina et Pierre Martinie, membre de l’association allemande en charge du lien entre notre Ville jumelle Allemande Bad Säckingen et Sanary qui nous a accueilli fin septembre pour les 50 ans du Jumelage.
Un tableau vivant sorti tout droit d’un récit de Marcel Pagnol
Ce samedi et dimanche, au jardin des Oliviers, un véritable voyage dans le temps était proposé. De nombreux ateliers étaient parsemés ici et là pour faire découvrir aux spectateurs les métiers et les us et coutumes d’autrefois. Pendant plusieurs heures, un cheval, entre deux caresses et friandises, a tourné sur une aire de dépiquage pour fouler le blé. Des hommes en costume d’époque, eux, se sont s’affairés à une machine de 1880 pour réaliser le même effort. Nommée « égreneuse, pleurésie ou batteuse », l’engin était efficace selon les bénévoles en représentation, avec un défaut cependant : « il fait tout autant de bruit qu’un vieux diesel ». Plus haut, dans le jardin, il fallait « tenir sa langue » en passant devant une petite scènette qui représentait l’école d’antan. Plus loin encore, il y avait l’atelier de Patricia Laudet, une fileuse de laine de Lama pleine de surprises. Sur sa table, une multitude d’herbes séchées, de bourgeons, de tiges et de macérat. « Pour les maux de gorges, les cernes et les rides, pour une cure diurétique et encore plein d’autres choses, tous les secrets qui guérissent ou qui soulagent se trouvent dans la Garrigue ! » 
spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Vous aimez nos articles ?


Abonnez-vous à notre newsletter !